I'm not crazy ; My reality is just different than your
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fiche Fahr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Snake
La nature se rit des souffrances humaines
avatar

Messages : 1047
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Fiche Fahr   Ven 7 Juil - 21:35



Fahrenheit
‟ What doesn't kill me should run, 'cause I'm fucking pissed.  „

REFERENCE:
 

--------
Age : 5 ans
Race : Bâtard, trop mélangé pour qu'on puisse savoir avec précision ce qu'il contient.
Groupe : Attelage (Rusher)
Rang : Chien de barre

--------

Description Physique :
Fahrenheit est GRAND. N'ayant jamais connu que sa mère, qui était déjà grande, le bâtard ne sait pas d'où cela lui vient, mais il est fier de dépasser les autres chiens d'une tête. De même, sa solide carrure, couplée à sa force, font de lui une bestiole qu'on préfère largement avoir de son côté. Et si cela l'empêche d'être aussi rapide qu'il aimerait, il compense néanmoins avec une bonne endurance.

Fahrenheit porte un pelage noir, annonciateur morbide, sur lequel se distingue des marques grises semblables à des zébrures, des éclairs sur tout le long de son dos et remontant sur sa nuque. Son ventre est également gris et son visage, où s'éclairent d'une lueur inquiétante deux yeux dorés, est parsemé de ces étranges marques, qui font la fierté du Rusher, bien qu'il ne l'avouera jamais.

Le corps de Fahrenheit est parsemé de cicatrices qu'il arbore comme des trophées. C'est la preuve qu'il a survécu, lui. Certaines sont plus profondes que d'autres, comme par exemple celle striant son ventre, fois où il manqua de finir éventré et fut réparé par le vétérinaire et son drôle de chien, ou encore la griffure sous son oeil gauche, quand ils eurent la bonne idée de faire s'affronter chien et lynx.



Description Mentale :
La vie a apprit bien des choses à Fahrenheit, notamment à ne faire confiance qu'à lui-même. Il a apprit à se battre et, ses années dans l'arène n'aidant pas, il a beaucoup de mal à se retrouver en compagnie d'autres canidés qu'il n'a pas pour ordre de combattre. C'est notamment pour cette raison que le bâtard passe beaucoup de temps loin des autres, à penser, ruminer, ou, comme il le fait si bien, attendre que ça passe.

Fahrenheit semble se ficher d'être aimé ou non. Tout ce qu'il compte pour lui, c'est d'être respecté et obéit. Il n'est pas le meneur, mais l'autorité dont il fait preuve en est digne. Est-il réellement méchant ? Voila une question que beaucoup se pose. En effet, si le chien grognon n'hésite pas à aller au carton quand il le faut, son sens de la justice est lié à la trahison de Lutelo quand il n'était que chien d'arène, et l'a assez marqué pour en faire un chien protecteur envers les plus faibles. Un chien grognon, adepte de la diplomatie de la mâchoire, peu causant sauf pour balancer une pique ou deux ou se faire respecter, n'hésitant pas à montrer les crocs et s'en servir, mais un chien avec un côté protecteur assez bien dissimulé.

Il n'a jamais connu l'amour et son cœur semble hermétiquement fermé à ce genre de sentiments – ou du moins ne le montre-t-il jamais, arborant bien souvent un air neutre ou mécontent afin que personne ne l'approche. En effet, ne vous méprenez pas : Fahrenheit n'est pas un être si insensible que ça.

Notamment, bien qu'il le cache, depuis qu'il a découvert la mine, Fahrenheit semble grandement aimer le soleil, se murmurant pour lui-même, à chacune de ses descentes dans le profondeurs, une sorte de petite prière : "Je me souviendrais de la lumière" ...

Il serait bon de préciser que certaines choses sont capables de déclencher chez le bâtard des véritables crises, notamment le désordre, qui l'horripile tout simplement, ou encore les loups, auxquels il voue une haine féroce qui l'aveuglerait presque.

Qu'aimerait-il ? Fahr n'aime pas sa vie. Qu'elle soit dans les rues, dans une arène ou au fond de la mine, sa vie ne lui a jamais apportée le moindre intérêt, et c'est une des raisons pour lesquelles il se contrefiche de mourir. Néanmoins, il aimerait être libre d'aller où il le souhaite, avec les loups qu'il aurait choisi, et qui l'aurait choisi. Fahrenheit voudrait être le meneur de sa propre meute.

--------

Histoire :



Enfance
No Pain No Gain



Qu'elle était belle, sa mère. Sa taille, sa force, ses marques, il avait tout hérité d'elle, et rien n'aurait pu le rendre plus fier.

- Maman ! Lâchez-la, c'est ma maman !

Mais les piaillements et les morsures du chiot ne faisaient qu'énerver les hommes emmenaient sa mère. Un coup de pied vient le heurter et l'envoya se cogner contre le mur, ce qui l'assomma.
Il ne revit plus jamais sa mère.

- Réveille toi allez ! Debout ! Une voix terrifiée résonnait auprès de lui.

Les pattes de sa soeur le secouaient sans ménagement, et il finit par s'extirper de sa torpeur. Son petit corps le lançant affreusement, mais la pire de ses souffrances venait de son coeur. Il n'avait pas réussi à empêcher les humains d'emmener leur mère. Qu'allaient-ils devenir ?

Sa jeune soeur pleurait à ses côtés, son pelage noir couvert de neige. Comme il le lui avait demandé, elle s'était cachée sous une des maisons quand les hommes étaient arrivés, et maintenant elle ne pouvait s'empêcher de s'en vouloir, ni endiguer les larmes qui coulaient de ses beaux yeux pales.

- Ils ont prit Maman, ils ont prit Maman ! Qu'est-ce qu'on va faire tous seuls maintenant ? La petite femelle se blottit contre lui.

- Ne t'inquiètes pas, on sera toujours ensemble, promis.

Le jeune chiot et sa soeur passèrent ls premiers jours leur nouvelle existence à découvrir la ville, où chiper de quoi se nourrir, où dormir et comment éviter de se faire prendre. Bien sûr, ils jouaient l carte de la prudence, se cachant souvent ; le petit chien protégeait sa soeur comme il pouvait.
Et pourtant, un jour, quand il revint après être allé voler un peu de nourriture pour elle, il trouva leur cachette déserte. Il la chercha par tout, mais revenant bredouille, il s'installa là où elle dormait et s'endormit au creux de son parfum.
Il ne la revit jamais.

Le petit bâtard se retrouva alors véritablement tout seul, pour la première fois. Il grandit et "se fait seul" dans la rue volant et évitant les combats avec les autres chiens, jusqu'au jour où il fut assez grand et fort pour ne plus céder sa place. Il y gagna des cicatrices, une bonne technique de combat et un bien mauvaise réputation.

C'est après l'avoir vu se battre que les humains commencèrent à lui porter un étrange intérêt, qui le fit disparaître dans les ombres.
Malheureusement, quelques jours plus tard, alors qu'il mangeait, des hommes lui tombèrent dessus, l'assommèrent et le capturèrent.



Adolescence
You're gonna go far, Kid



Dans l'nclos où il fut enfermé, il y avait déjà d'autres chiens. Certains dormaient, d'autres faisaient les cent pas, dans un air déplorable. D'autres enfin le dévisageait d'un air mauvais et se jetaient des coups d'oeil qui ne parurent pas être de bon augure pour le bâtard. Il se mit à grogner, prêt à en découvre, quand une voix amicale retentit dans un coin de l'enclos.

- Hey, petit, viens voir un peu ! T'inquiètes pas va, je ne te ferais rien moi.

L'intéressé hésita quelques instants, puis s'approcha avec méfiance, découvrant l'origine de la voix : c'était un loup. Un mâle adulte au pelage gris clair teinté de roux en divers endroits. Il regardait en souriant le nouveau venu, contrastant avec son air maussade, assit à côté de la palissade de bois qui formait leur enclos.

- Eh beh gamin, on peut dire que toi t'as pas une gueule de porte-bonheur ! Moi c'est Lutelo. Toi et moi, on va être les meilleurs amis du monde...

Lutelo était un loup que l'on avait capturé spécialement pour les combats. Il n'aspirait qu'à une chose : recouvrer sa liberté. Pour se faire, Lutelo avait un plan : il avait commencé à creuser un passage sous la palissade et avait besoin d'un canidé plus puissant pour l'aider à terminer de creuser la terre gelée. Voyant que le chien se montrait méfiant, le loup le charma en lui parlant de la beauté du Grand Nord, de la joie d'appartenir à une meute, une famille. Il serait libre à nouveau, et personne ne pourrait l'avoir à nouveau.
Il lui promit de lui faire intégrer la meute quand ils s'échapperaient.

Quand le bâtard revenait des combats, couvert de sang ou blessé, Lutelo était toujours là pour lui, lui apprenant à se battre comme un loup, le soutenant et lui parlant du Wild, le grand Nord.
Et un jour, le passage fut terminé.

Le loup se glissa le premier à l'extérieur, profitant du vent pur et frais qui ne pénétrait jamais dans l'enclos où ils étaient parqués. Mais quand le chien voulu passer, sa grande taille et sa musculature l'empêchèrent de sortir : il resta coincé. Déjà, les humains approchaient. Calmement, Lutelo le regarda.

- Lutelo ! Aide moi ! Si tu viens creuser un peu, je pourrais passer !

Mais son ami roux sourit et se détourna vers la forêt.

- Désolé Petit mais maintenant, c'est chacun pour sa fourrure !

Les hommes le sortir de là, blessé par les planches de bois cassé, et on le battit pour le punir.
Il encaissa chaque coup sans broncher, et sa haine envers les loups grandit à chaque fois qu'une vague de douleur inondait son corps.
Dans le chaudron brûlant qu'était son coeur vint s'ajouter la soif de vengeance.



Âge Adulte
You're going down



Le chien de combat grandit. Il survécut. Il apprit. Ne vivant plus qu'au rythme des combats, il ruminait dans son coin le reste du temps, respecté comme un chef par les autres combattants.

Et un jour, en entrant dans l'arène, il y découvrit Lutelo. Son oreille était déchiquetée et une balafre courrait sur son museau.

- Eh mais regardez qui voila ! On dirait que tu as bien grandis grâce à moi, Gamin !

Son ennemi lui sauta dessus mais il le repoussa à grand coups de crocs, sentant la haine réciproque du canidé sauvage emplir l'air.

-  Ça y est, je me disais bien que j'avais déjà vu tes marques. Ta mère avait les mêmes. La meute et moi l'avons mangée, elle et le reste de son attelage, quand vint l'hiver.

Ce n'est qu'après l'avoir quasiment assommé de coups de gourdin que les humains parvinrent à lui faire lâcher le cadavre du loup. Étourdit par les coups, il entendit la voix des maîtres résonner autour de lui.

- Vainqueur, Fahrenheit !

Fahrenheit. Ça sonnait bien. Le tueur décida d'oublier son ancien nom et choisi celui-ci.
Il ne le quitta jamais.



Actuellement
Hier kommt die Sonne



Peu de temps après, on vint de nouveau le sortir de l'enclos, mais cette fois, ce n'était pas pour un combat. L'Attelage Rusher avait besoin de chiens et la force comme la carrure de Fahr n'était pas passées inaperçues, aussi fut-il vendu à contre-coeur à Ronald Rusher, qui promit à l'ancien propriétaire qu'il retournerait aux combats.

Fahrenheit faisait partie d'un groupe. D'une de ces fameuses meutes, comme le disait Lutelo.
Et pourtant, il ne s'était jamais sentit aussi seul de toute sa vie.
--------

    PUF (Pseudo Utilisé sur les Forums) : Snake. Jade. Vandy. Stan. J'ai tant de noms.
    Comment avez vous connu le forum ? : Siri
    Avez vous lu le règlement ? : On dirait bien.
    Code du règlement : VALIDE par Molly
    Quelque chose à ajouter ? : Alcatraz est un super nom.
Revenir en haut Aller en bas
http://snake-test.forumgratuit.org
 
Fiche Fahr
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Snake test :: Votre 1ère catégorie :: LA. :: Présentations-
Sauter vers: